Derniers commentaires

Bonjour; J'ai 71 ans, mesure 1m80 pèse ...

16/10/2015 @ 15:22:48
par Grandgean


Une information valable est toujours très ...

07/12/2012 @ 13:49:03
par Darantière


Je prends de ...

28/03/2011 @ 18:53:56
par Gaborit


je fais de l hyprtention16.9 ...

15/03/2011 @ 19:10:55
par buchetmonique


Calendrier

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
02 Sep 2013 - 00:39:09

les vendeurs de maladies

Les vendeurs de maladies


Le premier article est sur le
syndrome pré-hypertensif, crée de toute pièce pour élargir le marché du médicament antihypertenseur
et qui peut être combattu par une baisse de la consommation du sel contenu dans les
aliments fabriqués par l’industrie agroalimentaire.



Le marché de
l’hypertension artérielle




Aujourd’hui,
nous sommes confrontés à une monté en puissance de l’industrie
pharmaceutique qui prétendre dicter et
définir le pathologique et le normal en se substituant au
pouvoir médical et à la science, avec un objectif plutôt commercial que
de santé publique et scientifique. La médicalisation à
outrance produit des situations ubuesques caractérisées par
de solutions médicamenteuses avec des coûts énormes, au lieu d’opter par
des solutions préventives, largement moins coûteuse.
Un exemple criant est le syndrome pre-hypertensif, dont la
stratégie actuelle de l’industrie pharmaceutique est de faire tout dans
son pouvoir pour arriver à convaincre le corps médical
du bien fondé du traitement médicamenteux de ce syndrome. La
prévalence de la pré-hypertension artérielle (définit par des les
valeurs de pression artérielle systolique comprise entre 120
et 139 mmHg et/ou pression artérielle







 



diastolique
comprise entre 80 et 89mmHg) dans la population est énorme (50 à 60%)
et si un comité d’expert décide de traité
ce syndrome sur certains conditions, le nombre de sujet à traités
sera multiplié par 3 ou 4. Actuellement, le coûts du traitement
médicamenteux de l’hypertension artérielle (pression artérielle
systolique égale ou supérieur à 140 mm Hg et/ou une pression
artérielle diastolique égale ou supérieur à 90 mm Hg, mesurées au
cabinet médical par un sphygmomanomètre de préférence à mercure et
confirmées au minimum par deux mesures par consultation, au cours de
trois consultations successives) est de plus de 
4 milliards d’euros par an.
Cette dépense risque d’augmenter considérablement avec un surcoût de
8 à 12 milliards d’euros. Quel système d’assurance maladie fondée sur
la solidarité pourra faire face à ces dépenses ?
Face à l’option tout médicament, il y a une outre option relégué aux
oubliettes : la prévention par une diminution de la consommation de
sel.
Admin · 1054 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://beta-bloquant.sosblog.fr/victimes-b1/les-vendeurs-de-maladies-b1-p45.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)